Joyeux anniversaire, IBM i!

Joyeux anniversaire, IBM i!

11:25 21 juin dans Blogue, Développement web et mobile, Distribution de rapports et documents, Modernisation d'écran vert, Productivité des développeurs IBM i, Ressources, personnel, formation et expertise, Stratégie des TI, Transformation du code
0 Commentaires

(Vidéo en Anglais)

Joyeux anniversaire, IBM i! Pourquoi cette date du 21 juin est-elle soulignée par la communauté IBM i? Parce qu’IBM a choisi la date de lancement de l’AS/400 pour commémorer les débuts de ce qui est devenu la plateforme moderne IBM i pour Power Systems. Que de chemin parcouru entre le 21 juin 1988 et le 31e anniversaire, le 21 juin 2019!

Chaque année, à cette date, quelqu’un demande : « Ne devrait-on pas remonter plus loin? On dit que c’est le System/3 qui est à l’origine de cette plateforme. » Ou peut-être devrait-on seulement remonter à 2008, alors qu’IBM i migrait vers de tout nouveaux équipements, les serveurs Power Systems.

Qu’en est-il de tous les autres événements remarquables de l’histoire de la plateforme IBM i? Ne devrait-on pas les souligner aussi? C’est le but de cette présentation. En replongeant un peu dans le passé, nous découvrirons peut-être quelques autres moments extraordinaires qui méritent qu’on s’y attarde.

Ce diagramme remonte au System/3 et montre l’évolution de la plateforme jusqu’au lancement de Power Systems en 2008. J’ai fait quelques recherches et j’ai découvert que le System/3 n’est pas à l’origine de la plateforme IBM i. Il s’agirait plutôt d’un appareil appelé System/3000, fabriqué par IBM Allemagne.

Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une représentation exacte, mais c’est ce qu’IBM voulait que vous imaginiez. L’appareil System/3000 a été lancé au début des années 1960. L’idée était de concevoir un ordinateur pour les petites entreprises basé sur un système électromécanique avec de très petites cartes à perforer.

Avec le recul, il est très intéressant d’observer ce qui était considéré à l’époque comme une technologie de pointe. Et nous devrions bien sûr souligner cet anniversaire. Nous ne connaissons pas la date exacte, mais nous savons que ce système n’a été offert que pour une très courte période. Le lecteur de cartes avait de gros problèmes, et les comptables étaient quelque peu contrariés par les erreurs de calcul. Le System/3000 a donc été retiré du marché et est, je crois, tombé dans l’oubli.

Vient ensuite le lancement du System/3, événement que nous pouvons célébrer, car nous en connaissons les créateurs. Ils sont vraiment tirés à quatre épingles! Toute une équipe pour mettre au point cette plateforme appelée System/3!

On voit ici une campagne publicitaire pour le System/3 d’IBM. Il est tout simplement magnifique en contraste avec le rouge. Pour être précis, le System/3 a été lancé le 30 juillet 1969. Il a donc aujourd’hui 49 ans, 10 mois et 22 jours. Joyeux anniversaire, System/3!

Il fonctionnait sous un système d’exploitation du nom de SS1. Les petits modèles 10 étaient livrés sans bureau, mais ils étaient équipés d’un lecteur de cartes qui servait aussi de trieuse et de perforatrice de cartes pour le dispositif d’entrée-sortie et l’imprimante. Les modèles d’entrée de gamme pouvaient avoir une mémoire de 4 Ko. Toutefois, si vous souhaitiez avoir une très grande capacité de stockage, vous pouviez opter pour deux disques fixes et deux disques amovibles, pour un total de 10 Mo. À l’époque, on parlait de « mémoire en ligne », car on comprenait encore mal l’Internet. La mémoire était donc accessible « en ligne » sur l’ordinateur, plutôt qu’avec un lecteur de cartes, par exemple. Voilà pour l’anniversaire du System/3.

IBM fait encore grand cas du nombre de brevets qui ont été délivrés en lien avec le System/3; une panoplie d’entre eux existe toujours aujourd’hui. Un impressionnant premier pas dans le monde moderne pour IBM!

3701105 Architecture de l’unité centrale du System/3.
3882701 Dispositif de verrouillage pour cartouche de disque 5440.
3848235 Lecteur de disque périphérique 5445
3938101 Architecture d’entrée-sortie du System/3
3805245 Lecteur de cartes et perforatrice périphérique 5424
3764994 Imprimante bidirectionnelle 54??
3925770 Dispositif de signalisation sonore 541x
3751041 Cartes à jouer et carte de 96 colonnes
3953094 Configuration de type boîtier 5444
3743294 Distributeur automatique de cartes pour le bridge et cartes de 96 colonnes
4093983 Dispositif d’amélioration de la performance 5415
3990064 Témoin d’alarme 5203
3609305 Lecteur de cartes de 80 et de 96 colonnes
3684164 Perforatrice et vérificatrice pour cartes de données 5496
3635608 Cartouche pour disques magnétiques 5440
3871576 Enregistreur de données et vérificatrice 5496
3312878 Boîtier pour circuits SLT et MST
4328544 Terminal de points de vente avec microprocesseur S/3

 

Au cours de mes recherches, j’ai constaté que les informaticiens derrière le System/3 programmaient des jeux et y jouaient ensuite. Je ne crois pas qu’il le faisait dans leurs temps libres; j’imagine qu’ils disaient qu’ils faisaient des « essais ».

Voici une magnifique carte à perforer pour le System/3. Elle provient en fait d’un modèle 3700, d’où l’indication au bas de la carte. À l’époque, c’était une technologie exceptionnelle.

Les entreprises utilisent ce système depuis belle lurette. Ce System/3 est dans un musée, en Allemagne, je crois. C’est l’un des modèles originaux.

Passons maintenant à ce modem, qui pouvait être utilisé avec le System/3. C’est vraiment un superbe appareil. Et c’était tout un progrès de pouvoir communiquer avec d’autres plateformes et appareils. Celui-ci remonte à la fin de 1973, donc il existe depuis 45 ans et demi. Il pouvait émettre à 1 200 bauds et fonctionnait sur un réseau téléphonique commuté. Il fallait avoir des étagères remplies de modems pour pouvoir communiquer. Les entreprises s’étaient vraiment préparées pour les ordinateurs de type System/3.

Après le System/3, place au System/32, un peu plus compact et ordonné. On peut voir que l’imprimante est connectée directement au bâti. Il avait une mémoire de 16 ou de 32 Ko, pouvait accueillir un seul disque dur de 5, 9 ou 13 Mo et était équipé d’un lecteur pour disque souple de 8 po. Le System/32 a été lancé le 7 janvier 1975, il y a donc 44 ans, 5 mois et quelques jours. Joyeux anniversaire, System/32!

Dans la foulée du succès du System/32, IBM a lancé le System/34 et s’est surpassée côté publicité avec une campagne très intéressante et attrayante.

On peut voir le System/34 à l’arrière, ainsi que deux imprimantes et trois terminaux. Il s’agit d’ailleurs du premier système avec des terminaux. Son système d’exploitation s’appelait SSP. L’appareil pouvait avoir une mémoire de 128 Ko et quatre lecteurs de disque totalisant 128 Mo, ce qui est impressionnant. Le System/34 a introduit quelques outils marquants. Certains n’existent plus aujourd’hui, mais nous utilisons toujours les outils SDA (Screen Design Aid) et SEU (Source Entry Utility), qui existent maintenant depuis plus de 45 ans. Le System/34 a été lancé en avril 1977. On ne connaît pas le jour exact, mais c’était il y a environ 42 ans et 2 mois. Joyeux anniversaire, System/34!

Bien sûr, avec l’arrivée du System/34, on voit le lancement du terminal 5250, qui a été pour certaines personnes le premier contact avec les appareils de milieu de gamme d’IBM. Bien que peu convivial, il s’agissait d’un véritable chef-d’œuvre pour les utilisateurs de l’époque. Il pouvait afficher 12 ou 24 lignes de 80 caractères, en majuscules ou en minuscules. C’était fantastique! Et que dire de toutes les autres merveilleuses fonctions : clignotement des caractères, affichage haute intensité, affichage en négatif, masquage dans le flux de données ou affichage en souligné. Il y avait également un séparateur de colonnes. Lancé en même temps que le System/34, le terminal 5250 a donc environ 42 ans et 2 mois lui aussi. Joyeux anniversaire, terminal 5250!

Comme les entreprises en demandaient toujours plus, IBM a créé un nouveau serveur appelé System/38. Ce modèle a été mon premier ordinateur de gestion. C’était un appareil stupéfiant. Il fonctionnait sous CPF et offrait de nombreuses options pour le stockage principal. Il comprenait une unité de chargeurs de disquettes pouvant contenir 10 disquettes par chargeur. Les sauvegardes sur disquette représentaient une capacité de stockage phénoménale. Le System/38 avait une unité de gestion de mémoire capable de prendre en charge une fonction de pagination à la demande. On pouvait ainsi avoir recours à l’espace adressable unique, qui est le cœur de la plateforme IBM i actuelle. D’abord annoncé en 1979, le lancement du System/38 a été quelque peu retardé, pour finalement avoir lieu en juillet 1980, il y a quelque 38 ans et 11 mois. Joyeux anniversaire, System/38!

C’est vraiment remarquable qu’IBM utilise cette architecture depuis près de 40 ans, alors que d’autres plateformes et d’autres fournisseurs de matériel informatique ou de systèmes d’exploitation s’ingénient encore à la reproduire.

IBM est ensuite passée du System/34 au System/36. Le premier modèle pesait 318 kg et coûtait plus de 100 000 $, alors que le deuxième, le 5362, ne pesait que 68 kg. Le System/36 pouvait se connecter à une imprimante à bande ou à un terminal couleur. Nous connaissons la date exacte de son lancement : le 16 mai 1983. Joyeux anniversaire, System/36!

Lorsqu’IBM a intégré la gestion de fichiers éloignés (DDM) à la plateforme en 1986, il s’agissait d’un intergiciel, un environnement de partage de données. Les programmes du System/38 pouvaient créer, gérer et récupérer des fichiers sur des plateformes distantes, et à l’inverse, les plateformes distantes pouvaient créer, gérer et récupérer des fichiers sur le System/38. C’est à partir de là que l’intégration entre les systèmes est réellement devenue possible sur cette plateforme. La DDM était offerte sous IBM PC-DOS et OS/2 et sur le System/370. Joyeux anniversaire, DDM!

Parlons maintenant du lancement de l’épatant AS/400. C’est cette date qu’IBM a choisi de souligner. On voit ici une photo un peu floue qui montre les modèles originaux, dont le plus gros était le B60. IBM a par la suite lancé un modèle B70, puis est passée aux modèles C, D et F. Pour passer à l’AS/400, on pouvait simplement transférer les programmes du System/38 sous CPF ou exécuter des applications du System/36 dans un environnement émulant ce système. Nous connaissons la date exacte du lancement, le 21 juin, il y a aujourd’hui 31 ans. Joyeux anniversaire, AS/400!

L’AS/400 ressemblait à un System/38 en version améliorée, plus gros et mieux conçu. Il pouvait également exécuter les programmes conçus pour le System/36. C’était un appareil remarquable à l’époque, et il a connu beaucoup de succès auprès des entreprises. Son lancement a provoqué une telle révolution en informatique à l’époque que ce moment est gravé dans nos mémoires. Je crois que c’est pour cette raison qu’IBM a choisi le 21 juin pour célébrer la plateforme IBM i.

Nous voulons aussi attirer l’attention sur l’histoire du langage SQL sous IBM i. Même s’il existe depuis très longtemps, beaucoup de gens commencent tout juste à l’utiliser.

En 2003, on parlait de langage SQL pour l’iSeries et l’AS/400; on décrivait son rôle comme langage d’interrogation des bases de données qui pouvait remplacer nos langages RPG ou COBOL internes. À l’époque, on considérait que la maîtrise de SQL pouvait s’appliquer sur différentes plateformes. Il était donc possible de faire appel à des gens de l’extérieur, chose que nous n’avions jamais faite jusqu’à tout récemment. SQL a été lancé sous OS/400 autour de janvier 1989, il y donc 30 ans et plus ou moins 5 mois. Joyeux anniversaire, SQL!

Autre événement à souligner : la création de CODE/400, le premier éditeur de langage RPG à interface graphique fonctionnant sous Windows. Il s’agit d’un outil de développement à interface graphique qui a remplacé à la fois les outils SEU et SDA. L’éditeur LPEX était installé sur le poste de travail (c’est-à-dire l’ordinateur). Il permettait de colorer certaines sections pour les mettre en évidence et offrait plusieurs niveaux d’annulation pour revenir en arrière en cas d’erreur. Et puisque LPEX enregistrait automatiquement les fichiers sur l’ordinateur, on avait accès à une version relativement récente en cas d’arrêt du système. On pouvait également filtrer pour trouver des variables. De plus, les fonctions imbriquées s’affichaient ingénieusement sous forme de texte indenté.

CODE/400 a été annoncé à la conférence printanière de COMMON en 1992 et était offert sous OS/400 V5R1, dans la suite de logiciels WebSphere Development Toolset pour iSeries. On célèbre donc cette année 27 ans de développement avec interface utilisateur graphique! Joyeux anniversaire, CODE/400!

La prochaine réalisation à souligner serait la création de l’environnement ILE (Integrated Language Environment). Au commencement de la plateforme, on utilisait le modèle de programmation de base. IBM a ensuite créé pour certains langages un modèle de programmation étendue, qui n’est plus pris en charge aujourd’hui. L’ILE a été conçu pour permettre aux développeurs de programmer dans tous les langages offerts sur la plateforme à partir d’un même environnement. Il a été annoncé au lancement d’OS/400 V2R3, il y a maintenant 25 ans, 6 mois et 4 jours. Tout juste avant ce lancement, Susan Gantner écrivait dans la publication AS/400 Magazine qu’il s’agissait du plus important changement architectural apporté au système depuis le lancement de l’AS/400 cinq ans plus tôt. C’était un ajout de taille, et cette fonction demeure au cœur des outils de développement d’applications sous IBM i. Joyeux anniversaire, ILE!

Autre annonce majeure quelques années plus tard : le passage des systèmes à architecture CISC aux systèmes à architecture RISC. On voit ici une marche à suivre provenant d’un distributeur de logiciels; la plupart d’entre eux rédigeaient leurs propres instructions pour la migration. Le processus était très simple : le tout rentre sur deux pages. IBM a changé ses processeurs 48 bits à architecture CISC pour une nouvelle gamme de processeurs 64 bits à architecture RISC, les PowerPC. Ce changement est survenu il y a 23 ans, au lancement d’OS/400 V3R6, le 22 décembre 1995. En 2003, dans AS/400 Magazine, Frank Soltis affirmait rétrospectivement que la technologie RISC avait permis aux serveurs iSeries d’explorer de nouvelles avenues, par exemple avec Java et Linux. Joyeux anniversaire, processeurs 64 bits à architecture RISC!

La prochaine étape à souligner est l’avènement de la virtualisation. Ce n’est pas d’hier que nous parlons de partitions logiques. Ce livre rouge explique comment configurer des partitions logiques sur l’eServer iSeries. Le partage logique permet de créer des machines virtuelles; il a d’abord été offert sous OS/400 V4R4 le 21 mai 1999, soit il y a 20 ans. Joyeux anniversaire, partitions logiques!

Nous nous devons aussi de mentionner le Portable Application Solutions Environment (PASE), qui a permis à IBM et à ses clients de tirer le maximum des outils et des langages à code source libre dans IBM i. Le PASE était offert sous OS/400 V4R4 à partir du 21 mai 1999, il y a 20 ans de cela. Joyeux anniversaire, PASE!

Après l’AS/400, IBM a décidé de revoir l’image de marque de toute sa gamme de serveurs; l’AS/400 est donc devenu l’eServer iSeries, le « i » signifiant « intégration ». L’iSeries fonctionnait sous le même système d’exploitation, l’OS/400, et existe depuis le 28 juillet 2000; il a donc 18 ans, 10 mois et 24 jours. Joyeux anniversaire, iSeries!

Peu après l’avènement de l’iSeries, certaines voix de la communauté ont réclamé qu’IBM i prenne en charge le langage PHP. IBM a donc réussi à intégrer ce dernier à son environnement PASE. La première version d’IBM i compatible avec le PHP a été lancée le 13 septembre 2005, il y a près de 14 ans. Grâce à Zend, qui prend encore aujourd’hui en charge le PHP sous IBM i, nous avions désormais accès à une trousse de développement à code source libre. Joyeux anniversaire, PHP sous IBM i, et un gros merci à Mike Pavlak!

L’iSeries a roulé pendant six ans, puis IBM a de nouveau changé l’image de marque de toute sa gamme de serveurs. L’annonce du System i était d’ailleurs accompagnée d’une très jolie photo. Dans la foulée, le système d’exploitation a été rebaptisé i5/OS. Le System i a été lancé le 14 février 2006, il y a 13 ans, 4 mois et 7 jours. Joyeux anniversaire, System i!

Ensuite, en hommage à l’AS/400, IBM a fusionné ses deux gammes de serveurs, les System i et les System p. La nouvelle plateforme a été nommée Power Systems, et l’i5/OS est devenu IBM i. En plus de ce système d’exploitation, les nouveaux serveurs pouvaient également fonctionner sous AIX et Linux. IBM a fait de nombreuses mises à niveau depuis le lancement des serveurs à microprocesseur POWER6; c’est aujourd’hui la technologie POWER9 qui sert de base à la gamme Power Systems.

Avec le lancement de Power Systems, IBM a transféré certaines fonctionnalités d’i5/OS au VIOS, un logiciel qui assure la communication entre le serveur et les systèmes d’exploitation. IBM i pouvait ainsi profiter pleinement des fonctions d’intégration et de virtualisation à plusieurs niveaux. Les serveurs Power Systems sont sur le marché depuis 11 ans, 2 mois et 19 jours. Joyeux anniversaire, Power Systems!

Avec le lancement de Power Systems, nous sommes devenus des utilisateurs d’IBM i, le seul système d’exploitation dont le slogan est « for Business ». La première version, IBM i 6.1, a été lancée le 2 avril 2008. Petit à petit, cette date marquante est reconnue comme une des plus importantes de l’histoire de la plateforme, puisque l’arrivée d’IBM i pour Power Systems a été un pas de géant dans l’univers de la technologie.

Au cours des onze années qui ont suivi, IBM a commercialisé plusieurs versions du système IBM i. La version 6.1 a cédé la place à IBM i 7.1 il y a maintenant plus de neuf ans. Six mois plus tard, IBM a lancé une mise à jour technologique (TR1) qui ajoutait d’importantes fonctionnalités. Par le passé, ce genre de mise à niveau nécessitait une toute nouvelle version du système d’exploitation. Cette étape a donc été cruciale pour IBM i, et ce même processus de mises à jour technologiques est encore utilisé aujourd’hui. La version 7.4 d’IBM i vient tout juste d’être lancée, et on attend une première mise à jour technologique au cours des six prochains mois. La version 7.2 a été lancée il y a quatre ans et demi, la 7.3, il y a un peu plus de trois ans et la 7.4, aujourd’hui même, pour souligner les 31 ans de l’AS/400. Joyeux anniversaire, IBM i!

Depuis l’arrivée d’IBM i pour Power Systems, IBM a lancé une version en format entièrement libre du langage RPG, une avancée majeure dans le domaine. Cette nouvelle syntaxe permettait aux programmeurs de mettre au rancart les colonnes fixes, facilitant ainsi l’apprentissage et la lecture du code. Cette importante fonctionnalité faisait partie de la septième mise à jour technologique d’IBM i 7.1. Le langage RPG en format entièrement libre existe donc depuis plus de cinq ans et demi. Joyeux anniversaire, langage RPG en format entièrement libre!

IBM i est également un serveur infonuagique, qui héberge des applications dans le nuage et offre différents services, du logiciel-service à l’hébergement classique. Avec les serveurs virtuels Power Systems pour IBM Cloud, on peut maintenant créer ses propres partitions IBM i en libre-service. Cela servira d’abord au développement et aux essais en facilitant le processus. IBM Cloud pour IBM i est maintenant offert depuis 26 jours. Joyeux anniversaire, IBM Cloud pour IBM i!

Passons maintenant brièvement en revue l’histoire du langage RPG. Créé en 1959, ce dernier existe maintenant depuis plus de 60 ans. Le langage RPG II a vu le jour il y a 50 ans pour le System/3, puis 25 ans plus tard est arrivé RPG VI sous OS/400 V3R2. C’est à ce moment qu’il cesse de s’appeler « Report Program Generator » (générateur automatique de programmes) pour simplement devenir « RPG ». Le RPG en format libre existe maintenant depuis 18 ans, et Open Access pour RPG a été lancé il y 9 ans. Cette technologie révolutionnaire nous permet de créer nos propres fonctions d’entrée et de sortie afin d’intégrer les capacités du langage RPG et de les élargir au-delà des fonctions standard du système d’exploitation. Pour terminer, IBM créait il y a cinq ans le langage RPG en format entièrement libre. Voilà donc plusieurs joyeux anniversaires à souhaiter au langage RPG!

System/3~50 ans
System/32~44 ½ ans
System/34~42 ans
5250 Terminal~42 ans
System/38~39 ans
System/36~36 ans
AS/40031 ans
Power Systems11+ ans
IBM i 6.111+ ans
IBM i 7.19+ ans
IBM i 7.1 TR18 ½+ ans
IBM i 7.24.5+ ans
IBM i 7.3<3 ½ ans
IBM i 7.4<1 jour

 

Le but de cet article est de célébrer la naissance de la plateforme IBM i, dont la version 7.4 a été lancée aujourd’hui, 31 ans jour pour jour après le lancement de l’AS/400. Peu d’entre nous auraient pu imaginer il y a une quarantaine d’années ce que deviendrait IBM i!

En septembre 2003, Susan Gantner disait dans eServer Magazine, iSeries edition que « la capacité qu’a cette architecture de s’adapter aux avancées technologiques et aux exigences en constante évolution est tout simplement unique ». Ces paroles prononcées il y a 16 ans se sont avérées exactes et le demeureront pour de nombreuses années.

J’ajouterais que j’ai trouvé plusieurs noms de codes utilisés pour les différentes plateformes au fil des ans :

• System/3000 = TINY

• System/3 = Project 3.7

• System/38 = Pacific

• AS/400 = Silverlake

Hourra pour cette plateforme aux mille et un noms! Joyeux anniversaire, IBM i!

À propos de Trevor Perry

Avec plus de 35 ans d’expertise avec IBM i, 12 ans chez Fresche Solutions (anciennement looksoftware) et 5 ans avec le titre de champion IBM i, Trevor Perry est connu en tant que leader d’opinion et joue un rôle déterminant sur le marché IBM i en guidant les entreprises par rapport aux multiples possibilités de ce système d’opération. Sa connaissance approfondie de la modernisation des écrans verts et sa grande capacité d’aider les utilisateurs à s’adapter aux applications modernisées font de lui une personne ressource chez Fresche Solutions. Il participe régulièrement aux événements de l’industrie à travers le monde en tant que conférencier et dirige des séminaires web sur des sujets d’actualité tels que les meilleures pratiques en termes de stratégies et de modernisation avec IBM i. Il est un vrai stratège en informatique avec une passion pour l’écriture et le discours!

Pas de commentaires

Écrire un commentaire